Comprendre l’Autodestruction

Il y a des gens qui se font du mal à eux-mêmes sans raison apparente, car ils ne diront pas pourquoi ils se font de telles choses et si vous leur demandez pourquoi ou que ressentent-t-ils de se faire de mal, ils diront d’habitude que c’est parce qu’ils sont calmes et détachés. C’est une réponse considérablement précise pour se faire une telle chose mais cette réponse n’est pas tant une raison qu’elle est un effet d’une tendance psychologique connue comme l’autodestruction.

Pour ceux qui commettent l’autodestruction, c’est un effet qui semble plaisant, donc, un tel comportement a tendance à être répété. Alors que la majorité des personnes qui pratiquent l’autodestruction n’ont pas de tendance suicidaire, les actes qu’ils font pour se faire du mal peuvent quand même mettre leur vie en danger et pour empêcher cela de se produire, la cause radicale doit être clarifiée et ce processus commence avec la compréhension de l’autodestruction.

Qu’est-ce que l’autodestruction ?

L’autodestruction est l’infliction intentionnelle directe de blesser son propre corps sans pour autant se tuer. Ce terme a remplacé l’ancien terme l’automutilation dans le but d’une référence plus neutre. La forme la plus courante d’autodestruction constitue de coupures sur la peau mais il existe d’autres formes comme s’infliger des brulures de cigarettes, se taper la tête contre le mur ou d’autres surfaces, ou interférer avec la guérison des blessures. Des niveaux extrêmes d’autodestruction incluent l’amputation et l’autocastration.

Les causes possibles de l’autodestruction

Il peut y avoir plusieurs causes radicales d’autodestruction mais elles peuvent généralement être attribuées à une maladie mentale, des facteurs psychologiques et à la constitution génétique. Bien qu’il y ait des gens qui s’autodétruisent sans montrer des signes de maladies mentales reconnaissables, ceux qui souffrent de maladies comme la schizophrénie, trouble bipolaire ou troubles de la personnalité pratiquent l’autodestruction.

En traitant ces maladies, l’autodestruction disparait. D’un autre coté, les causalités comme celles entre l’autodestruction et l’estime de soi et d’autres facteurs psychologiques sont les plus répandues. L’autodestruction peut être commise comme le moyen de reproduire une situation (par exemple, la violence domestique et l’abus sexuel) qui était hors du contrôle de la personne pour ressentir que cette fois elle a le contrôle.

Une condition génétique rare connue comme le syndrome de Lesch-Nyhan est une forme d’autodestruction qui se manifeste à travers les morsures à soi-même ou se taper la tête contre une surface. Outre ceux qui souffrent du syndrome Lesch-Nyhan, le lien entre la génétique et l’autodestruction reste toujours peu concluant.

Arrêter l’autodestruction en 5 étapes

Alors que plus de recherche est nécessaire pour comprendre l’autodestruction et quels traitements cliniques est le plus effectif, un traitement prescrit connu comme la technique de l’évitement peut être fait par celle ou celui qui est déterminé de se débarrasser de l’autodestruction.

Soyez conscient que vous avez une tendance pour l’autodestruction. En ce faisant, vous avez presqu’accompli la moitié du travail pour vous débarrasser de l’autodestruction.

Reconnaissez quel type d’autodestruction vous pratiquez et trouvez les outils que vous utilisez pour le commettre.
Trouver une manière moins nocive de vous faire de l’autodestruction temporairement comme faire claquer un élastique tendu sur son bras.

Jetez un coup d’œil autour de vous et trouvez quelque chose d’intéressant à observer ou quelque chose à faire.
Restez occupé à cette tâche.

Facebook Comments